La page de Jérôme, un spécialiste du popper!

Tout comme la pêche aux "poissons nageurs" ce type de'activité tend à se développer. Jérome, notre ami de la Réunion et spécialiste en la matière, excerce régulièrement sa passion dans les eaux seychelloises. La parole à Jérôme!

 

Les Seychelles constituent de par leur diversité, un terrain de jeux merveilleux pour tout fanatique de popper (comme moi).

C’est une « pêche au lancer » qui demande de bonnes capacités physiques vu qu’il faut lancer des leurres pesant de 65-80g à 120-140g. En plus, la grosse tête du leurre provoque un gros splash bruyant quand on tire dessus (le fameux « POP », d’où son nom) et fait mal aux bras au bout d’un moment.
Cette pêche à l’affût s’apparente beaucoup à la chasse car elle demande toujours de traquer le poisson à vue, d’observer le milieu à 360° sans relâche (le poisson passe à certains endroits en fonction de la hauteur d’eau de la marée et des courants) et nécessite une grande concentration (la touche peux survenir brutalement n’importe quand). Il y a des postes magnifiques partout, à perte de vue et beaucoup de poisson aussi.

Le popper est un leurre de surface (il flotte) et se pratique généralement sur des fonds de 6 à 15 mètres. Pêcher dans des fonds de moins de 6m peut s’avérer dangereux pour le popper (risque de casse dans les coraux). Au-delà de 15m, c’est moins facilement repérable pour le prédateur, surtout s’il se trouve en chasse sur le fond ou à proximité. Les poissons visés par cette technique sont essentiellement les carangues, mais le popper marche très bien pour tous les carnassiers. Si on l’anime très vite, c’est généralement un poisson rapide qui va béquer (carangue, barracuda, wahoo, thazar, thon jaune, j’ai même fait une coryphène…)
Si au contraire, on l’anime tout doucement (parfois même sur place) en travaillant plus le « POP » (le bruit), on peux toucher une plus grande variété de poissons qui se déplacent moins vite (mérous, jobfish, carpe rouge, bécune, requin…)
Le plus excitant dans cette pêche, c’est que tout se passe devant nos yeux, à la surface et à une vitesse phénoménale. C’est tellement beau que les images qu’on emmagasine dans la tête au cours d’une journée sur l’eau, restent longtemps gravées derrière les yeux. J’ai toujours un petit goût amer quand il faut retourner au port…
Juste un dernier conseil si vous débutez, les poppers lors du lancer peuvent atteindre les 200km/h et deviennent à cette vitesse (armés de gros hameçons triples) des projectiles très dangereux. Alors jamais trop d’empressement avant de lancer, et toujours s’assurer qu’il n’y a rien derrière…
Bonne chance

Jérôme Goulard

 

Jérôme avec une belle carangue!Les poppers utilisés par notre spécialiste.